Imprimer (nouvelle fenêtre)

Circuler en période hivernale

Plan "viabilité hivernale"

Du 18 novembre 2013 au 17 mars 2014, le Conseil général déploie son dispositif de « viabilité hivernale ». L’enjeu : assurer en cas de neige ou de verglas, des routes sûres et praticables, sur les axes prioritaires.

Avant de prendre la route

Informez-vous sur les prévisions météorologiques et sur les conditions de circulation, sur l’ensemble de votre trajet en :

- téléphonant au 0800 077 001 (appel gratuit depuis un poste fixe)

- consultant la météo du département

Gérer au mieux les routes départementales pendant l'hiver : Les niveaux de service

Le réseau routier départemental (4 342 km) ne peut être surveillé et traité dans sa globalité de la même façon, ni dans les mêmes délais.


Afin d’assurer un meilleur service aux usagers, les interventions des services du Conseil général sont priorisées en 3 niveaux de service :


    • le réseau prioritaire de niveau 1 où le réseau est le plus dense. Sur ces 811 km, les 28 équipes de la Direction principale des routes sont mobilisables 7 jours sur 7 et 24h/24,
    • les 886 km du deuxième niveau sont traités ensuite par les mêmes équipes. En situation exceptionnelle, les délais d’intervention peuvent être plus longs car le réseau prioritaire doit avoir d’abord retrouvé des conditions de circulation acceptable,
    • le réseau de troisième niveau (2 645 km) n’est pas traité en situation courante, sauf ponctuellement et seulement si la sécurité générale est susceptible d’être affectée (accidents, établissements sensibles enclavés…)..

Sur le réseau dit « de désenclavement » identifié avec les communes concernées afin de leur permettre d’être reliées plus rapidement au réseau traité prioritairement (1 000 km), le Conseil général leur a proposé sur la base du volontariat une convention de partenariat pour déneiger ce réseau. En compensation, un stock de sel suffisant pour réaliser plusieurs opérations de salage. Sur les 330 communes concernées, 174 ont déjà signées une convention pour le désenclavement, souvent de petites sections.


Le dispositif est complété par le recours aux agriculteurs pour aider à dégager certaines routes isolées, en cas de situations exceptionnelles de neige (Protocole signé avec la Chambre d’agriculture le 25 janvier 2012).



Le coût du dispositif

Pour un hiver moyen, le personnel et le matériel mobilisés coûtent 3,2 M€.
Avec les hivers exceptionnels, ce budget a atteint environ 4 M€ 2012-2013.

Le sel en chiffres

  • 1 tonne de sel coûte environ 100 € TTC.
  • 9500 tonnes de sel répandues sur le réseau routier départemental durant l’hiver 2012-2013.

Un hiver moyen nécessite 6 à 7 000 tonnes de sel contre 2 à 3 000 tonnes pour un hiver doux. Le sel non affiné utilisé est d’origine marine ou provenant de mines.

Les moyens de lutte contre le verglas et la neige

Prévenir le verglas

Pour empêcher ou retarder la formation de phénomènes hivernaux sur la chaussée, un épandage de sel (en saumure, en bouillie ou en grain) peut être effectué.


L’utilisation de saumure ou de bouillie de sel (mélange de saumure et de sel) pour l’épandage permet de réduire la quantité de sel déversée et préserve l'environnement. Cette technique d’intervention préventive est appropriée à un département de plaine comme la Seine-et-Marne, sujet au verglas d’origine atmosphérique (gelée blanche ou brouillard givrant). Il n’y a pas de traitement préventif efficace en cas de neige un tant soit peu conséquente .


Traiter le verglas en curatif

En cas de verglas généralisé (pluie verglaçante, pluie sur sol gelé, ...), un seul salage préventif n’est pas suffisant. Les équipes procèdent alors à des opérations complémentaires de salage, en quantité variable.



En cas de chute de neige

La seule technique efficace, de plus non agressive pour l’environnement, est le raclage mécanique utilisé pour enlever un maximum de neige au moyen d'une lame. La neige résiduelle est ensuite généralement traitée avec du sel. La circulation favorise alors son brassage et son élimination.

Le salage ou l’épandage ne permettent qu’une fonte très minime.
Ces techniques sont mêmes, dans certaines conditions de neige et de température, contre-indiquées car elles peuvent contribuer à l’apparition de verglas.
C’est pourquoi, malgré l’annonce de précipitations neigeuses, vous ne verrez pas toujours d’interventions avant la chute de neige et même s’il y en a eu, vous pourrez trouver de la neige sur la chaussée.

En hiver, soyons prudent : les conseils de bonne conduite en hiver

L’organisation mise en place vise à offrir le meilleur service possible à l’usager, cependant combattre les éléments naturels et les caprices de la nature n’est pas toujours chose aisée. L’usager doit donc veiller à prendre toutes les précautions utiles pour assurer sa sécurité, celle des siens et des autres.

Avant le départ

  • Informez-vous sur les prévisions météorologiques et sur les conditions de circulation sur l’ensemble du trajet.
  • Vérifiez votre véhicule : niveaux, pneus, éclairage, essuie-glace… et la présence des accessoires nécessaires (gilet haute visibilité, triangle de signalisation, chiffons…).
  • En cas d’annonce de risques de conditions dégradées, munissez-vous de vêtements chauds…
  • En cas d’annonce de risques importants ou exceptionnels, différez votre départ.

Sur la route

  • Par temps de brouillard

- J’allume mes feux de croisement et mes feux de brouillard,
- J’augmente la distance de sécurité avec le véhicule qui me précède,
- J’adapte ma vitesse en fonction de la distance de visibilité.

  • Par temps de pluie

- J’allume mes feux de croisement, je réduis ma vitesse,
- J’augmente la distance de sécurité avec le véhicule qui me précède puisque les distances de freinage sont plus importantes sur chaussée humide

  • Par temps de neige

- Avant l’hiver, et dans la mesure du possible, j’équipe mon véhicule de pneus-neige,
- Avant le départ, j’enlève toute la neige qui recouvre mon véhicule,
- J’allume mes feux de croisement,
- Je roule lentement sans à-coups,
- J’envoie de l’air chaud sur le pare-brise pour éviter le blocage des essuie-glaces.

  • Par temps de verglas

- Je réduis progressivement ma vitesse,
- J’évite les coups de freins et les coups de volant,
- Je n’utilise pas le régulateur de vitesse,
- Je prête une attention toute particulière au comportement imprévisible des autres usagers
- J’aborde un pont ou une section boisée en ayant à l’esprit que le verglas s’y forme de façon privilégiée, - et surtout…. J’anticipe !

  • Choisir son itinéraire

Après une chute de neige, je privilégie, dans la mesure du possible, le réseau routier principal et je ne me fie pas aux informations GPS

Voir aussi

Barrières de dégel

Alertes - Infos

Les alertes hivernales

Serveur téléphonique d'information

  • 0800 077 001

(appel gratuit depuis un poste fixe)

Carte

Circulation hivernale sur les routes de Seine-et-Marne

Télécharger

Liste des communes qui ont contracté avec le Conseil général pour le désenclavement