Imprimer (nouvelle fenêtre)

La surveillance

La surveillance de la qualité de l'air : de la mesure à la prévention...

Le réseau de stations automatiques et les campagnes de mesures

AIRPARIF dispose de 49 stations automatiques (120 instruments de mesure environ) réparties dans toute la région. Elles surveillent en continu la qualité de l'air respiré par plus de 11 millions de Franciliens.

Ces laboratoires automatiques sont implantés et équipés pour répondre en priorité à une préoccupation de santé publique. Il existe différents types de stations de mesure en fonction de leur situation par rapport à l’agglomération et aux sources de pollution :

  • Stations urbaines, représentatives de l’air ambiant dans l’agglomération (dont 1 en Seine-et-Marne à Lognes) ;
  • Stations périurbaines, sous influence directe de l’agglomération (dont 1 en Seine-et-Marne à Melun) ;
  • Stations rurales régionales, à plus de 50 km de l’agglomération (3 en Seine-et-Marne à Montgé-en-Goelle, Saints et Fontainebleau) ;
  • Stations trafic, situées en bordure des axes routiers (1 en Seine-et-Marne à Melun).

De plus, Airparif dispose de 18 stations semi-permanentes équipées de tubes chimiques et situées le long des voies de circulation.

En complément du dispositif de surveillance permanente, Airparif mène des campagnes de mesures, au moyen de laboratoires mobiles automatiques et de tubes portatifs. Ces campagnes mettent en œuvre jusqu’à plusieurs centaines de points de mesure et donnent une information très précise sur un domaine étudié. Elles permettent ainsi :

  • de valider régulièrement la stratégie d’Airparif, en vérifiant que la répartition de ses stations de mesure appréhende au mieux les différentes problématiques de la pollution atmosphérique,
  • d’évaluer l’impact d’une infrastructure, comme une axe routier majeur, un aéroport ou un site industriel,
  • d’évaluer l’exposition individuelle des Franciliens à la pollution, grâce à des mesures tout au long de la journée, à bord d’un véhicule, sur un vélo,
  • d’évaluer les concentrations de certains polluants qui ne font pas l’objet de réglementation dans l’air mais pour lesquels il existe des interrogations importantes (dioxines, pesticides…).

Les outils de cartographie et de prévision

Airparif utilise des outils informatiques permettant de décrire et de prendre en compte simultanément les différents paramètres intervenant dans la formation de la pollution atmosphérique : rejets de polluants dans l’atmosphère, transport et transformation dans l’air, niveaux relevés par les stations de surveillance et influence de la météo.

Ces outils permettent de :

  • reconstituer et prévoir chaque jour la pollution de fond régionale du jour et du lendemain, et de cartographier son évolution heure par heure,
  • décrire en temps réel les rejets de pollution le long des axes routiers d’Ile-de-France ainsi que les niveaux annuels,
  • évaluer l’impact de mesures de réduction de la pollution.

Ces outils informatiques sont complémentaires aux stations et campagnes de mesure, pour une surveillance optimale de la qualité de l’air.