Imprimer (nouvelle fenêtre)

Les bonnes pratiques au quotidien

Certains gestes au quotidien permettent de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air, mais également de réduire son exposition à la pollution.

Les déplacements

  • Éviter d’utiliser sa voiture pour les petits trajets (moins de 2 km) pour lesquels le moteur n’a pas le temps de chauffer, préférer la marche à pied ou le vélo ;
  • Lors du plein d’essence, privilégier les stations service dont les pistolets de pompes sont équipés pour empêcher la dispersion des vapeurs ;
  • Conduire en souplesse, sans accoups, en respectant les limitations de vitesse, ne pas faire fonctionner la climatisation inutilement et entretenir régulièrement son véhicule. Un conducteur agressif augmente sa consommation en carburant (de 30% à 40%), ce qui se traduit par une augmentation importante des émissions de polluants ;
  • Quand c’est possible, pratiquer le covoiturage pour les déplacements domicile-travail ;
  • Été comme hiver, ne pas laisser sa voiture tourner longtemps au ralenti à l’arrêt et couper le moteur dans les embouteillages.

A la maison

  • Ne pas surchauffer son habitation en hiver : 19°C, c’est parfait pour la santé et pour les économies d’énergie (1°C en plus= 7% de consommation en plus) ;
  • Entretenir régulièrement son installation de chauffage et dans la mesure du possible favoriser les énergies renouvelables ;
  • Trier ses déchets pour favoriser leur recyclage et leur valorisation énergétique pour le chauffage urbain. Préférer les produits présentant le moins d’emballage et éviter l’utilisation systématique de sacs en plastique ;
  • En bricolant, limiter l’utilisation de solvants (colle, essence, vernis, peinture…) et penser à aérer la pièce où vous travaillez ;
  • Privilégier les vaporisateurs aux bombes aérosols (laques, désodorisants…) pour le ménage et le jardinage, limiter l’usage des produits d’entretien parfumés et des insecticides ;
  • Garder à l’esprit que la fumée de tabac contient de nombreux polluants (monoxyde de carbone, oxydes d’azote, benzène, nicotine, particules, aldéhydes…) dangereux pour votre santé et celle de votre entourage.

Limiter son exposition

  • Aérer régulièrement son habitation, tôt le matin ou tard le soir, en dehors des heures où la pollution extérieure est la plus forte, et de préférence en ouvrant des fenêtres donnant sur cour plutôt que sur rue ;
  • A pied, choisir de préférence les voies piétonnes ou les rues les plus aérées et les moins encombrées par le trafic ;
  • Eviter de faire des exercices physiques intenses à proximité immédiate d’importants axes routiers ou au moment des épisodes de pollution ;
  • A vélo, emprunter les aménagements qui permettent de s’éloigner du trafic routier.