Imprimer (nouvelle fenêtre)

Politique départementale du patrimoine

Depuis près de trente ans – conséquences des premières lois de décentralisation qui ont renforcé ses compétences –, le Conseil général investit pour entretenir et conserver le patrimoine de la Seine-et-Marne.

Préserver et valoriser le patrimoine

La Seine-et-Marne est un haut lieu d’histoire. Facteurs d’attractivité touristique et constitutifs de l’identité d’un territoire, ses monuments, protégés ou pas (voir encadré), nécessitent d’être entretenus.

La préservation du patrimoine public se fait essentiellement via l’aide financière apportée par le Département aux collectivités (communes, intercommunalités) et aux associations patrimoniales.

Au-delà du bâti (les 534 églises seine-et-marnaises, notamment), ces aides permettent de restaurer et d’entretenir le petit patrimoine rural (lavoirs, moulins, calvaires…) et le patrimoine mobilier (peintures, sculptures…)..

Ce soutien financier concerne également des pièces plus atypiques, comme la locomotive ancienne 140 C231 du musée du Train vivant, à Longueville, en cours de restauration.
Objectif de l’Ajecta, l’association qui gère le musée : faire rouler à nouveau ce magnifique engin classé aux Monuments historiques, lui conférant ainsi une nouvelle dimension touristique.

Le Conseil général peut aussi aider les propriétaires privés à entretenir le patrimoine bâti ancien, en particulier à travers l’aide qu’il accorde à la Fondation du patrimoine.

Si les sites publics classés aux Monuments historiques sont essentiellement accompagnés par l’État, certains, comme le château de Champs-sur-Marne, bénéficient également d’un soutien départemental.

C’est le cas du château de Vaux-le-Vicomte dont la restauration est soutenue par le Conseil général, depuis 2005.

Destination touristique phare (280 000 visiteurs en 2011) génératrice d’emplois et de retombées économiques, l’édifice, qui fit blêmir Louis XIV de jalousie, voit la restauration de son dôme et de son lanternon achevée cet été

Inventaire en cours

Soutenir ces sites suppose au préalable de bien les connaître. C’est pourquoi, le Conseil général a entamé une démarche d’inventaire du patrimoine artisanal et industriel de la vallée de la Seine, en partenariat avec la Région.

D’anciens sites industriels, sur Avon, Boisle-Roi, Champagne-sur-Seine, Chartrettes, Fontainebleau, Fontaine-le-Port, Héricy, Melun, Moret-sur-Loing, Samois-sur-Seine, Samoreau et Vulaines-sur-Seine ont ainsi été répertoriés.

L’inventaire a également permis la publication de deux ouvrages dans la collection nationale Parcours du patrimoine, sur l’usine Leroy et sur Champagne-sur-Seine.

Reconversion réussie pour lieu remarquable

Description de l'image

Autre exemple de restauration d’un lieu remarquable, en suivant les mêmes principes d’une ouverture au public : le château médiéval de Blandy-les-Tours.

Ce site pionnier, après une importante réhabilitation, est devenu un lieu de mémoire historique, de transmission pédagogique, de programmation culturelle, une destination touristique.
Propriété du Conseil général, il accueille 60 000 visiteurs annuels, des visites guidées de groupe (plus de 10 000 visiteurs scolaires) et une programmation artistique et culturelle (spectacles des Dimanches de Blandy, exposition d’été dans le cadre du Blandy Art tour(s)…).
Il est devenu une étape incontournable de la « Destination des 3 châteaux », un produit touristique diffusé par Tourisme 77, ou encore de la Rando des 3 châteaux, un circuit proposé chaque année aux marcheurs de tous niveaux.

Conserver la mémoire du département

Le Conseil général veut offrir des lieux de mémoire à la fois pédagogiques et attractifs, accueillant des collections toujours plus pertinentes, des animations pour tous les publics : personnes handicapées, habitants du département, scolaires, étudiants, chercheurs, etc.

Il le fait notamment à travers le Muséobus qu’il prête régulièrement aux collèges et qui propose en ce moment une exposition sur l’industrie en Seine-et-Marne, ou encore à travers les cinq musées départementaux dont il est responsable : Stéphane-Mallarmé, de Seine-et-Marne, de Préhistoire d’Île-de-France, des peintres de Barbizon et Jardin-musée Bourdelle.

Notez par ailleurs que les Archives départementales, qui rassemblent la mémoire patrimoniale du département (voir page 29), poursuivent pour le plus grand bonheur des généalogistes et des historiens, la numérisation d’une partie des données patrimoniales.
« D’ici le centenaire du début de la guerre de 1914, nous espérons avoir numérisé les noms de tous les soldats seine-et-marnais engagés », confie-t-on à la Direction du patrimoine..

Le Patrimoine de Seine-et-Marne

Le Patrimoine de Seine-et-Marne

Clics

Site Internet des Archives départementales

Patrimoine archéologique

La politique patrimoniale du Conseil général vise aussi à aménager le territoire en respectant l’histoire.

Voir aussi

Vidéo patrimoine