Exposition

Exposition Mac Orlan

hero_vlaminck_orlan
Du 13 septembre au 20 décembre 2020, le musée de la Seine-et-Marne vous invite à découvrir à Saint-Cyr-sur-Morin une exposition exceptionnelle organisée à l’occasion du cinquantenaire de la mort de Pierre Mac Orlan, écrivain et poète français passionné par l'art.

Du au

Un voyage en couleurs

Baptisée « Voyage en couleurs, Mac Orlan et les peintres », cette exposition proposé en français et en anglais vous plonge dans l’univers des peintres essentiels à l’écrivain : George Grosz, Emile Jourdan, Jim Sevellec, Henri de Toulouse-Lautrec, et tous les artistes qui l’ont inspiré et entouré tout au long de sa vie.

Pour cette exposition exceptionnelle, le musée départemental a d’ailleurs obtenu le label « Exposition d’intérêt national » créé par le ministère de la Culture pour mettre en valeur et soutenir des expositions remarquables, organisées par les musées de France en dehors de la capitale. L’exposition sera traduite en anglais.

L’exposition présentera 50 œuvres empruntées à 6 collections particulières et 12 musées, 40 pièces de collection appartenant au musée de la Seine-et-Marne (fonds Mac Orlan) ainsi qu’un extrait du film Le Quai des Brumes de Marcel Carné (1938). L’exposition comprendra aussi des enregistrements sonores d’extraits de romans de Mac Orlan mettant en scène des peintres.

La peinture, comme muse d'inspiration pour l'écrivain

Jeune homme, Pierre Dumarchey voulait être peintre. Sa carrière débute modestement par un travail de commande : peindre au pochoir les murs blancs de la future exposition internationale. Il gagne aussi sa vie comme correcteur d’imprimerie, notamment pour L’Intransigeant. Il occupe en 1901 un emploi de correcteur d’imprimerie, à la Dépêche de Rouen. Il y vit jusqu’en 1905, année où il part faire son service militaire. Son travail le délivre des soucis matériels et lui laisse le temps de s’adonner à la peinture. Dans les bars à matelots, il recueille la substance qui nourrira son œuvre. Il y compose en 1905 les illustrations de l’ouvrage de Robert Duquesne : Monsieur Homais voyage, et les signe pour la première fois du nom de Mac Orlan.

Réformé, il est de retour à Montmartre fin 1905. Il va chercher l’inspiration à Bruges et Zeebrugge. Mais la peinture se vend mal. Il est engagé par une dame-écrivain qui cherche un nègre pour écrire des romans que lui inspirent ses voyages. Avec elle, il se rend à Naples, à Palerme. Puis il revient en 1907 à Montmartre jusqu’en 1911. Il écrit des ouvrages érotiques pour vivre. Il gagne enfin sa vie avec des contes humoristiques illustrés par lui même pour Le Rire et Le Sourire. Puis il rédige deux romans humoristiques : La maison du Retour écœurant (1912), Le Rire jaune (1913). Puis Le chant de l’équipage inaugure la série de ses romans d’aventures. Après 1920, l’écrivain à succès a définitivement chassé le fantôme du peintre famélique…

Mais, tout au long de sa carrière d’écrivain, Mac Orlan n’aura de cesse de s’intéresser à la peinture des autres, célèbres ou non : Courbet, Grosz, Pascin, Sevellec, Toulouse-Lautrec, Vlaminck… Il y consacre environ 180 textes. L’écriture de Pierre Mac Orlan s’imprègne d’ailleurs très bien de son goût pour la peinture avec une écriture très imagée. Pour l’artiste, la peinture représente la couleur tandis que l’écriture se contente du noir et du blanc.

Télécharger

Voir aussi