Education / Jeunesse, Harcèlement scolaire Harcèlement scolaire : "Je travaille en confiance avec le Département"

La principale Valérie Vallet du collège Blanche de Castille met en place des solutions de sensibilisation au harcèlement scolaire et au cyberharcèlement dans son établissement. Des solutions en lien avec le plan départemental anti-harcèlement scolaire mis en place par le Département depuis la rentrée 2021. Interview.

Date de publication de la page et auteur de publication

Créé le:

« Quand on est au collège, on a une responsabilité »

En tant que principale d’un collège, quel est votre regard sur le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement ?

Valérie Vallet : « Le harcèlement scolaire est devenu un vrai problème, un danger même. C’est un sujet qui me tient à cœur. Dans mon établissement, il y a eu trois conseils de discipline autour du harcèlement, dont deux élèves concernés par une situation de cyberharcèlement. Parfois, il nous est arrivé de faire appel à la gendarmerie, toujours avec l’accord préalable des parents, pour sensibiliser les élèves à la gravité du harcèlement. Quand on est au collège, on a une responsabilité. En tant qu’adultes, il faut avoir à l’esprit qu’on a à faire à des adolescents qui ont entre 10 ans et 15 ans. C’est jeune. On ne peut pas laisser un adolescent devenir un bourreau. C’est très bien que ce soit une préoccupation partagée par tout le monde. ».

En effet, le Département de Seine-et-Marne a pris la mesure de ce sujet et ce dès la rentrée scolaire. Que pensez-vous de son action ?

V. V. : « L’engagement du Département, soucieux du bien-être de ses jeunes, est en totale harmonie avec la politique du ministère de l'Éducation nationale sur la lutte contre le harcèlement scolaire. Le harcèlement au collège est une préoccupation partagée par toutes les autorités, des usagers et de leur famille aux agents du Département et éducatif, toutes fonctions confondues. Je travaille en confiance avec le Département de Seine-et-Marne. Le plan anti-harcèlement scolaire déployé par le Département s’accorde parfaitement avec le programme pHAre de l'Éducation nationale, amorcé dans les collèges depuis la rentrée 2021. ».

Que proposez-vous dans votre établissement ?

V. V. : « L’idée serait de créer une équipe d’enseignants pour sensibiliser tout le monde au problème et être plus attentif. Certains le sont, d’autres non. Il y a un travail de sensibilisation à faire. Ce qui est vraiment important, c’est être dans une position de prévention, et non de sanction. Que peut-on mettre en place pour ramener l’autre, dès le début ? Au collège Blanche de Castille, il y a de la bienveillance. Ça va fonctionner même s’il y a des élèves qui ne parlent pas ou qui donnent le change. C’est à nous, adultes, d’être attentifs. ».

Vous allez former les professeurs et sensibiliser aussi les élèves ?

V. V. : « Oui, mais c’est la partie la plus délicate. Depuis le confinement, les élèves peuvent venir à la réserve citoyenne entre midi et deux, où la parole est ouverte. Grâce à ce dispositif, on a réussi à prévenir plusieurs histoires de harcèlement scolaire bien que certaines soient passées à la trappe. D’autre part, le Conseil de la vie collégienne et les surveillants ont proposé l’idée d’avoir des délégués "ambassadeurs", attentifs dans la cour et à la cantine. ».

Le collectif fait la différence est le slogan du Département, qu’est-ce-que ça vous évoque ?

V. V. : « Le partage. Le fait d’être tous concernés, adultes comme enfants. Chacun avec ses moyens et sa fonction pour apporter une réponse collective à ce fléau. Cela signifie que l’on s’accorde ensemble pour ramener l’autre à la raison plutôt que sanctionner systématiquement. Il faut permettre à la victime de retrouver de l’estime de soi. Être en confiance affective, c’est un tremplin pour grandir sereinement. Mais la notion du collectif reste à valoriser quand certains pensent que l’intérêt personnel est meilleur que l’intérêt collectif ! ».

Que diriez-vous à un élève pour participer à la boîte à idées du Département ?

V. V. : « Je lui dirai de ne pas hésiter à proposer une ou plusieurs solutions ! Cette boîte à idées permet aux élèves d'être partie prenante dans la lutte contre ce fléau. ».

Focus

Depuis l'automne 2021, le Département de Seine-et-Marne a mis en place une boîte à idées en ligne qui permet de partager des idées pour faire reculer le harcèlement au collège et sur le web. C'est libre et anonyme. Ensemble, nous pourrons faire reculer le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement. Alors, collégiens, participez !

Voir aussi