Culture / patrimoine Réouverture du musée-jardin Bourdelle après plusieurs mois de travaux

Musée-jardin Bourdelle au printemps
Fermé pour travaux depuis septembre 2021, le musée-jardin Bourdelle situé à Égreville rouvre ses portes au public ce mercredi 11 mai, et propose à cette occasion, une programmation culturelle riche en animations pour petits et grands. Retour sur les travaux de restauration et l'histoire de cet écrin culturel.

Date de publication de la page et auteur de publication

Créé le:

Statue équestre d'un général au musée-jardin Bourdelle

Restauration des bâtiments anciens

Commencés le 19 septembre 2021, les travaux au musée-jardin Bourdelle ont portés sur les façades extérieures ainsi que les huisseries, remises en état. « Ce sont des bâtiments ruraux anciens. Leur construction remonte bien avant l’arrivée de Michel Dufet et de son épouse Rhodia Bourdelle - fille du sculpteur Antoine Bourdelle - à Égreville dans les années 1960 », précise Hervé Boesch, Responsable des musées Bourdelle, Barbizon et Mallarmé.

En tant que maître d’ouvrage du projet, le Département de Seine-et-Marne, via sa Direction de l’Architecture des Bâtiments et des Collèges, a piloté la restauration de l’ensemble des bâtiments  du musée-jardin Bourdelle. Un projet réalisé en lien avec l’agence Abdpa, spécialisée dans la restauration du patrimoine et sur avis de la DRAC, les bâtiments étant inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Des bas-reliefs de 3 tonnes

L’une des étapes importante et délicate des travaux a été le déplacement obligé des 13 bas-reliefs en bronze fixés sur les façades du musée-jardin. Les plus imposants ont été réalisés en 1911 par Antoine Bourdelle pour décorer le Théâtre des Champs-Élysées à Paris. Certains bas-reliefs, pesant plus de 3 tonnes, le Département a dû faire appel à l’entreprise TMH, spécialisée dans le transport d’œuvres d’art.

Protégées par un système d’alarme et vidéo, les sculptures ont ensuite été remises à leur emplacement d’origine. « Le gendre d’Antoine Bourdelle, Michel Dufet, décorateur des années 30, a aménagé le lieu en fonction de l’emplacement des œuvres. Il savait déjà quelle sculpture il allait poser et il a dessiné le décor autour de la sculpture. C’est important de respecter cette volonté », précise Hervé Boesch.

Une symbiose entre art et nature

Une nouvelle étape s’ouvre pour le musée-jardin Bourdelle qui offre dans un cadre restauré, une visite inattendue. Derrière ses murs, les 58 sculptures en bronze d’Antoine Bourdelle présentées en plein air se dévoilent et se répondent les unes aux autres. Parfois impressionnantes comme le monument au général Alvear pesant 6 tonnes, ces œuvres sont à redécouvrir au gré d’une balade encore plus agréable au printemps.

« La volonté de Rhodia Dufet-Bourdelle, avant sa mort il y a maintenant 20 ans, était de faire de ce lieu, un musée-jardin à ciel ouvert et accessible au plus grand nombre. Elle et son époux ont donnés à ce lieu l’âme et une beauté qui lui est propre », se réjouit Hervé Boesch.

megaphone

Le musée-jardin Bourdelle propose des animations à l’occasion de la Nuit européenne des musées samedi 14 mai. Découvrez la programmation complète.

Le saviez-vous ?

Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1995, le musée-jardin Bourdelle a aussi reçu en 2018 le label « Jardin remarquable d’Île-de-France ». Imaginé et dessiné par le designer Michel Dufet, le jardin de style art-déco est un écrin de verdure pour magnifier les sculptures en bronze de son beau-père, Antoine Bourdelle.

Voir aussi