Protection de l'enfance Seyba Touré : "le foyer m’a énormément apporté"

Seyba Touré
Le foyer du Dais au Mée-sur-Seine, service de l'Aide sociale à l'enfance, a accueilli Seyba Touré, parti seul du Mali à 13 ans © Département de Seine-et-Marne / Marie Digard
À tout juste 18 ans, Seyba est plein de maturité et d’ambition. Parti seul du Mali à 13 ans, il arrive en France et se retrouve confié au service de l’Aide sociale à l'enfance (ASE) du Département, qui l’accueille au foyer du Dais, au Mée-sur-Seine. Un lieu qui lui a permis de construire petit à petit sa nouvelle vie. Témoignage.

Date de publication de la page et auteur de publication

Créé le:

« Au Mali j’allais peu à l’école, et avec ma famille c’était compliqué. Voulant à tout prix partir, j’ai vendu du bétail pour payer les passeurs. Au bout de sept mois, je suis arrivé en Espagne par la mer. C’était une traversée difficile, avec un bateau en mauvais état et deux morts à bord. Arrivé en France, à Saint-Denis, j’ai rencontré par hasard un des professeurs de l’université qui m’a amené au Demie de Paris (unique bureau d’évaluation pour les mineurs isolés étrangers). Ce sont eux qui m’ont transféré au foyer de Melun. », raconte Seyba Touré.

Le foyer, une étape capitale pour s’intégrer

« Le foyer, j’y suis resté deux ans. Depuis mes 16 ans, je vis dans un appartement, avec un autre jeune suivi par l’ASE. Je suis toujours accompagné par les éducateurs du Département qui m’aident dans mes démarches administratives et dans ma recherche d’un futur logement. Avoir cette autonomie me plaît, mais passer par le foyer a été très important pour moi, ça m’a énormément apporté. J’ai pu aller à l’école, apprendre le français et me sociabiliser. »

Avancer sur son avenir

« Quand je suis parti du Mali, je ne voyais pas le danger du voyage, mais avec le recul, je n’aurais jamais pris autant de risques. Malgré tout, je n’ai aucun regret, surtout avec toutes les bonnes choses qui m’arrivent. Aujourd’hui, je construis ma vie en France. J’ai enfin mon titre de séjour, j’ai une alternance, un BTS gestion et administration, beaucoup d’amis et le foot qui me font penser à autre chose. Je peux dire que je me sens bien. »

"L’ASE, c'est aussi faire adopter des enfants confiés"

Delphine Roussel travaille à l'Aide sociale à l'enfance en Seine-et-Marne

Delphine Roussel travaille au sein du service adoption, filiation et origines de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) du Département. D’une part, elle suit les bébés nés dans le secret de leur naissance jusqu’à la fin du suivi post-adoption. D’autre part, avec son équipe, elle accompagne les enfants confiés à l’ASE, qui ont été admis en qualité de pupilles de l’État au cours de leur placement.

« Il ne s’agit pas uniquement de leur trouver une famille, mais davantage de les accompagner dans leur projet de vie et, en cas d’adoption, d’accompagner le création du lien entre les enfants et leurs parents adoptifs. » Parallèlement, elle évalue et soutient les candidats à l’adoption dans l’élaboration de leur projet de parentalité adoptive. « Quand on assiste à la création d’une famille, notre intervention à chaque étape du parcours, prend tout son sens ».

Retrouvez le dossier « Assurer un avenir à l'enfance en danger » dans la rubrique grand angle du Seine & Marne Le Magazine.

Seine & Marne, Le magazine n°142

Publications

Voir aussi