Département

Commerces de proximité : l’appel des présidents des départements franciliens

Commerce dans le centre-ville de Melun fermé pendant le confinement
Un commerce "non essentiel" dans le centre-ville de Melun fermé pendant le confinement
Dans une lettre adressée au Premier ministre Jean Castex, les sept présidents des départements d’Île-de-France ont demandé la réouverture des commerces de proximité, « déjà durement éprouvées au printemps ».

Date de publication de la page et auteur de publication

Créé le: - Mis à jour le :

Les Départements d’Île-de-France à l’unisson

« (…) nous avons l’honneur, Monsieur le Premier ministre, de vous demander de bien vouloir revoir les termes des articles du chapitre 4 du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ». C’est à travers cette requête que les sept Présidents des Départements d’Ile-de-France, Patrick Septiers (Seine-et-Marne), Pierre Bédier (Yvelines), Marie-Christine Cavecchi (Val d’Oise), François Durovray (Essonne), Christian Favier (Val de Marne), Georges Siffredi (Hauts-de-Seine) et Stéphane Troussel (Seine-Saint-Denis), agissent en concert en faveur de la réouverture des commerces de proximité dans les territoires franciliens. Leur demande a été co-signée dans une lettre envoyée au gouvernement le 1er novembre 2020.

Des territoires « déjà durement éprouvés »

Suite aux annonces gouvernementales des 28 et 29 octobre dernier, tous les commerces non essentiels sont fermés pendant le confinement. « Au-delà du choc économique et social, ces établissements maillent nos territoires et participent de la qualité du lien social. Leur disparition ferait de nos centres villes des champs de ruine », écrivent les Présidents.

Depuis mars dernier, les territoires ont été fragilisés par la crise sanitaire et le premier confinement malgré les aides et actions mises en place : « Les Départements assument déjà en grande partie, pour le compte de la Nation, le choc social, en particulier concernant le versement de l’allocation du RSA qui explose depuis le début de la crise. Ils ne sauraient se résigner à la disparition inéluctable d’un grand nombre de petites et moyennes entreprises ». C’est pourquoi, les Présidents demandent un assouplissement des mesures de confinement afin de maintenir le rôle économique et social des commerces de centre-ville, estimés indispensables.

Lettre à télécharger